Denier de l’Église

Depuis 2023, le denier de l’Église revient à 2/3 tiers à notre pôle missionnaire et à 1/3 à notre diocèse. A partir de là, les dépenses de nos paroisses et du diocèse doivent être payées : les rémunérations des prêtres et des salariés laiques, les actions missionnaires comme le Parcours alpha, tout ce qui est nécessaire pour la beauté de la liturgie, le chauffage de nos batiments, l’électricité – tous les frais de la mission d’évangélisation chez nous. Ni l’Etat ni le Vatican ne donnent aucune subvention. L’Eglise ne dépend que de la générosité des fidèles.

Actuellement (2023), les dépenses nécessaires pour une année ne sont pas couvertes par les dons qui entrent.

Pourquoi donner au denier ?

Donner au denier est le devoir de tout catholique. Mais c’est surtout un signe d’encouragement pour sa mission, un geste d’appartenance à la famille des catholiques.

L’Église recommande de donner entre 1 et 2 % de votre revenu annuel au denier.

La participation mensuelle au denier aiderait beaucoup, car les dépenses de l’Église sont régulières. Le prélèvement mensuel permet aux paroisses (et à vous-mêmes) à mieux gérer les finances.

Un don de 100 euros ne vous coute réellement que 34 euros, car l’État vous rembourse 66 euros, si vous êtes imposables. Vous pouvez déduire 66% du montant de votre don de votre impôt sur le revenu.

Un certificat de défiscalisation vous sera automatiquement adressé par le diocèse, avant le 31 janvier suivant, à votre adresse de facturation.

L’Association diocésaine est éligible au mécénat de particuliers ainsi qu’au mécénat d’entreprise, pour ses dépenses de fonctionnement comme pour ses dépenses d’investissement (chantiers, travaux, etc..).
Les dons consentis par les particuliers ouvrent droit à une réduction d’impôt au taux de 66% des sommes versées dans la limite de 20% du revenu imposable.
Les dons consentis par les entreprises ouvrent droit à une réduction d’impôt égale à 60% des sommes versées dans la limite de 5% du CA HT de l’entreprise.

Répartition des finances dans l’Église en France :

Secteur Pastoral de Sénart Sud – Paroisses de Savigny-le-Temple (St ...

Comment donner : moyens de paiement

Moyens de paiement

  • faire un prélèvementautomatique en ligne (mensuel ou ponctuel) sur donner.catho77.fr/.
    • Mon pôle missionnaire = « Sénart »
    • Pour suspendre, arrêter ou modifier le prévlèvement, contacter le service ressources du diocèse : gestion.ressources@catho77.fr ou 01 64 36 41 17
  • effectuer un virement par RIB (mensuel ou ponctuel)
    • renseigner votre adresse dans ce mail, pour recevoir le certificat de défiscalisation
    • objet du virement = denier du culte pour le pôle missionnaire Sénart
  • faire un chèque
    • à l’ordre de ADM-Dénier Sénart
    • Des enveloppes se trouvent au fond des églises
    • Adresser à
      • Secrétariat du pôle missionnaire Sénart, 2 rue de Paris, 77176 Savigny-le-Temple
      • Ou déposer dans le panier de la quête dominicale

Legs à l’Église

Pour des grands projets, de plus en plus nécessaire à l’heure actuel, avec beaucoup de nouveaux chrétiens qui arrivent, la paroisse n’a pas assez de moyens. Pourtant, nous devons aménager, rénover et, si possible, construire.

Les legs ne contribuent pas aux dépenses courantes et sont le moyen de soutenir l’Église au-delà de la mort. Ils sont utilisés pour investir dans des projets à long terme, à la construction ou à la rénovation d’églises ou de salles paroissiales.

« L’Association diocésaine de Meaux » est habilitée à recevoir des legs sans avoir à payer de droits de succession. Si je lègue 10 000 € au diocèse, le diocèse recevra 10 000 €. Il suffit de préciser que ce legs devra être utilisé au profit du pôle missionnaire de Sénart sud.

Particulièrement intéressant : les legs à des personnes qui ne sont pas des héritiers en dehors de la famille (par exemple un filleul, une filleule) sont fortement taxés. Ils doivent payer 60% de droits de succession.

En faisant en legs universel à l’Association diocésaine, la part qui revient à l’État est considérablement baissé, à charge pour l’Association diocésaine de reverser au filleul un legs particulier net de frais et de droits. Le filleul reçoit autant que s’il était légataire universel. L’Église bénéficie d’une partie du legs.

Combien peux-je donner quand j’ai des enfants ? La loi protège les héritiers directs grâce à une réserve héréditaire. On peut donner la moitié de son patrimoine si on a un enfant, le tiers si on a deux enfants et le quart si on a trois enfants ou plus.

Un leg, il faut l’indiquer dans le testament. Sans testament, le notaire en charge de la succession suivra mécaniquement les règles établies par l’État. En l’absence d’héritiers, l’État récupère l’ensemble de la succession. Désigner ses légataires par testament, c’est poser un acte de liberté en choisissant ce qu’il adviendra de son patrimoine et en gratifiant des proches ou des causes qui nous tiennent à cœur.

Informations et renseignements

Service ressources du diocèse : gestion.ressources@catho77.fr ou 01 64 36 41 17

Cela peut vous intéresser aussi :

Loading