Je m’appelle Caroline et je suis coordinatrice de catéchèse pour le secteur de Sénart-Sud (Savigny-le-Temple, Cesson, Nandy, Vert-Saint-Denis) et secrétaire paroissiale pour le secteur de Sénart-Centre (Moissy Cramayel, Réau, Lieusaint). J’ai la chance de pouvoir, par mes deux postes de travail, œuvrer pour Dieu, à mon échelle. Cependant, après le confinement que l’on a vécu, j’avais besoin d’agir de façon plus concrète, plus directe. Je ne crois pas au hasard et lorsque j’ai découvert une publication sur le mur facebook d’une connaissance, parlant d’une association qui vient en aide aux sans-abris de Melun, ma ville de résidence, j’ai senti qu’il s’agissait d’un appel.

Je me suis donc engagée dans l’association « Je suis Charclo » en juin 2021. L’association a pour but de préparer et de distribuer des repas pour les sans-abris de Melun, de leur fournir des vêtements, des produits d’hygiènes, des couvertures…

Lors de mes premières maraudes, les bénéficiaires ne venaient pas vers moi. Nous avons pour consignes de ne jamais les faire parler d’eux. Il faut respecter leur vie privée. Je dois avouer que c’était assez frustrant pour moi de ne pas pouvoir aller vers eux. Lorsque je me suis engagée dans l’association, j’avais vraiment à cœur de pouvoir tisser des liens avec les bénéficiaires, ce qui n’a pas du tout été le cas dans les premiers temps.

Cependant, durant l’été, de nombreux bénévoles étant en vacances, j’ai pu faire des maraudes régulièrement. Elles ont pris une dimension complètement différente : certains bénéficiaires se sont ouverts à moi et m’ont confié leurs histoires. Certains ont vécu des drames, d’autres des enchaînements d’événements douloureux et imprévisibles.
Lors de nos discussions, des bénéficiaires m’ont parfois demandé ce que je faisais dans la vie. Ça a été l’occasion de discuter religion. J’avoue que j’ai été un peu réservée au départ, craignant que ce soit un sujet sensible pour eux. Il y a parfois, lors des maraudes, des disputes assez violentes entre bénéficiaires et je ne voulais pas créer de problèmes. Finalement, je me suis laissée guider par le Saint Esprit et je me suis rendue compte que bon nombre d’entre eux sont croyants. Catholiques, musulmans, juifs… Ces discussions ont vraiment été très riches pour moi.

Pour Noël, l’association « Je suis Charclo » s’est associée aux paroisses de Melun et de Sénart-Sud pour proposer une rencontre festive aux bénéficiaires. Ainsi, nous avons pu partager un goûter, suivi d’un après-midi détente avec musique et discussions, puis un dîner chaud qu’ils ont pu prendre assis et pour terminer, une distribution de cadeaux.
La paroisse de Melun a mis la salle paroissiale à notre disposition pour que nous puissions les accueillir au chaud durant cet événement et les paroissiens de Sénart-Sud ont offert des boîtes cadeaux, suite à des affiches déposées dans les églises et diffusées sur le FIL et les réseaux sociaux.
Les bénéficiaires ont vraiment été touchés par la démarche de l’association et surtout par les boîtes cadeaux qui contenaient des messages très émouvants.
Cette expérience m’a ouvert les yeux sur les vraies nécessités de la vie. Ils n’ont rien et se contentent de si peu. Une simple couverture fait briller leurs yeux de joie. A titre personnel, cela m’a amenée à réfléchir à ma façon de consommer et lorsque je suis tentée d’acheter un objet, je me pose maintenant la question : en ai-je vraiment besoin ? Et lorsque je vis des événements compliqués, le fait de penser à eux, surtout avec le retour du froid et de la pluie, me rappelle à quel point je suis chanceuse et bénie d’avoir un toit au-dessus de ma tête, des vêtements propres et de quoi manger à chaque repas.
Nous entrons en Carême, c’est l’occasion pour chacun de nous, de se tourner vers les plus démunis.
Caroline

 142 total views,  1 views today

Caroline : une expérience de maraudeuse